18 septembre 2012

L'or de plus en plus prisé par les pays émergents

Source : lefigaro.fr

En pleine crise de la dette, le niveau d'or des banques centrales atteint un niveau qui n'avait plus été observé depuis 1972. Les pays émergents, soucieux de diversifier leurs réserves, tirent les achats vers le haut.

or d'investissment

Cela faisait près de 40 ans que l'or n'avais pas autant eu la cote auprès des banques centrales. D'après un rapport du Conseil mondial de l'or (World gold council), les États ont acheté 148,4 tonnes d'or pendant le troisième trimestre. Depuis le début de l'année, les achats de métal précieux des banques centrales s'élèvent à 348 tonnes et ce chiffre pourrait grimper à 450 tonnes d'ici à fin décembre. Un niveau qui n'avait plus été observé depuis la fin du système de Bretton Woods.

Les banques centrales, qui sur les vingt dernières années étaient vendeuses, sont désormais devenues acheteuses nettes dans un contexte de ralentissement économique et de crise des dettes souveraines. Cette ruée vers l'or se remarque particulièrement dans les pays émergents. «Ces pays cherchent à couvrir leurs réserves avec une valeur refuge. Il y a une perte du rayonnement du dollar qui les pousse à investir dans ce qu'il y a de moins pire», explique Andrea Tueni, analyste marché chez Saxo Banque. «Dans un contexte de défiance, ces pays tentent de ne pas dépendre de la seule économie américaine qui est en difficulté avec une dette importante et l'incapacité de relancer la croissance».

Plus de 1000 tonnes d'or pour la Chine

achat_or_nantesLa Chine est l'exemple le plus frappant. Le pays a augmenté ses réserves de 76% depuis 2003. L'an dernier, Pékin a encore procédé à l'achat de 400 tonnes, ce qui amène ses réserves à 1054 tonnes en novembre et la place en sixième position des plus gros détenteurs d'or, juste derrière la France (2435 tonnes). La Corée du Sud a acheté cette année près de 25 tonnes d'or alors qu'elle n'en avait plus acquis depuis dix ans. Ses réserves atteignent 39,4 tonnes (46e rang). L'Inde a procédé à l'achat de 200 tonnes en 2009 et détient désormais 557,7 tonnes (11e rang). Et la Russie a gonflé ses réserves cet été, ce qui lui permet de posséder 851,5 tonnes (8e position).

L'appétit des pays émergents pour le métal roi s'est aussi concrétisé en Amérique Latine par le lancement d'un programme d'achat de près de 100 tonnes par la banque centrale mexicaine, qui possède 105 tonnes (32e rang). Pour la première fois en treize ans, la banque centrale colombienne a, elle, mis la main sur près de 2 tonnes d'or, ce qui lui permet de disposer de 9,2 tonnes (65e rang) au total.

«Il y a d'un côté des pays développés qui possèdent de grande quantité d'or et qui veulent le garder car c'est une assurance. Et de l'autre, des pays émergents qui veulent asseoir la légitimité de leur monnaie. Ils utilisent leurs énormes réserves de change en dollar pour procéder aux achats», note Sylvain Sérandour, gérant chez Fédéral Finance.

Marge de manœuvre importante

À l'avenir, ces opérations d'achat devraient s'intensifier. La part totale du métal jaune dans les réserves des pays émergents est encore faible, par comparaison au top cinq des détenteurs d'or. L'or représente en effet 75,5% des réserves américaines (8133 tonnes), et plus de 70% pour l'Allemagne, l'Italie, ou la France. A l'inverse, il ne compose que 1,7% des coffres chinois, 4% des mexicains, 8% des russes et 9% des indiens. «Avec les difficultés financières et les politiques monétaires accommodantes des banques centrales américaines et européennes, il y aura une recherche de diversification pour se protéger contre la dépréciation», souligne Laurent Schwartz, directeur général du Comptoir national de l'or.

Cette tendance devrait constituer un support pour l'or dans les mois à venir. «La Chine a clairement dit qu'elle visait une part de 10% d'or dans ses réserves. Si elle procède aux achats rapidement, cela fera exploser les cours!», prévient Sylvain Sérandour. En attendant, «la tendance pour le métal jaune devrait rester haussière sur le moyen-long terme. Si la situation s'aggrave sur les marchés, on pourrait obtenir une once à 1800 dollars d'ici la fin de l'année. Mais la récente volatilité des cours appelle à la prudence», note Andrea Tueni.

 


La Chine dépasse l'Inde sur le marché des bijoux

or_chine

L'autre tendance illustrée par le rapport du World gold council concerne la demande en joaillerie. Par comparaison à la demande mondiale d'investissement, qui a fait un bond de 33% à plus de 468 tonnes au troisième trimestre, la demande pour le secteur des bijoux a reculé de 10% à 465,6 tonnes. Plus notable, la demande indienne de bijoux, traditionnellement la plus forte au monde, a reculé de 26% à 125,3 tonnes en raison du prix de l'or qui reste élevé (avec un record à plus de 1921 dollars l'once en septembre), d'une roupie en forte baisse face au dollar et d'une inflation croissante qui frôle les 10%. Dans ce contexte, la Chine en a profité pour prendre la première place du podium. Sa demande pour ce secteur a grimpé de 13% à 131 tonnes. Les deux pays continuent de dominer le marché de l'or: à eux seuls, ils représentent près de 55% de la demande de joaillerie mondiale, et 35% de la demande de lingots et de médailles d'or.

 

Par Hayat Gazzanepour le

 

figaro.fr

Posté par Or et Argent à 11:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires sur L'or de plus en plus prisé par les pays émergents

Poster un commentaire